Interview réalisée par téléphone, le 16 octobre 2017 (avant sortie épisode 6)

Intro :

@OutlanderFrance a eu l’honneur d’interviewer Cyrielle Debreuil en exclusivité, juste avant la sortie de l’épisode 6 de la saison 3. Cette actrice française incarne Madame Jeanne, un personnage étroitement liée aux retrouvailles entre Claire et Jamie.
Madame Jeanne paraît dans les épisodes 6 & 7 dans la saison 3 d’Outlander, elle est  la tenancière de la maison close où Jamie Fraser se loge à Édimbourg. C’est aussi le lieu de leur « première nuit » ensemble après 20 ans de séparation. Madame Jeanne est présente dans la toute première scène de l’épisode 6, et dans l’épisode 7.

Tous les regards étaient sur Starz pendant les 2 longues semaines d’attente pour l’épisode 6… Les retrouvailles c’est bien,  mais allons un peu plus loin pour découvrir ce nouveau personnage – Madame Jeanne !

Cyrielle nous confirme ce qu’on savait déjà, les acteurs et toute l’équipe d’Outlander sont formidables, l’ambiance sur le tournage est unique : professionnelle et bon enfant à la fois. Elle nous apprend aussi que l’ambiance dans la maison close était plus « réaliste » qu’elle ne s’y attendait 😉 Mais comme nous tous, elle n’a pas eu le droit de visionner la scène de l’imprimerie avant l’heure !

Rappel : interview réalisée juste avant la sortie de l’épisode 6

OF : Quel est votre parcours d’actrice ? Vous avez beaucoup voyagé dans le monde.

CD : C’est grâce à mes parents, j’ai passé une grande partie de ma vie à l’étranger. Ça m’a permis d’étudier cinq langues. J’ai grandi en Afrique essentiellement et ensuite j’ai continué à voyager notamment pour apprendre des langues, j’ai fait une partie de mes études à distance. Ce que j’aime bien c’est que mon boulot me permet aussi de continuer à pas mal bouger.

OF : Aviez-vous déjà lu les livres avant d’accepter le rôle de Madame Jeanne ?

CD : Non je l’ai lu après ! En fait c’est S. (une amie commune, NDLR) qui m’en a beaucoup parlé, je n’avais pas encore lu le bouquin, et pour être tout à fait honnête quand on m’a proposé d’auditionner pour OUTLANDER, je ne savais pas du tout ce que c’était mais le rôle était génial. C’est par la suite que j’ai regardé les deux premières saisons et j’ai trouvé ça absolument génial. Je suis ravie de faire partie de la saison 3 du coup. Je n’ai pas lu les 2 premiers, j’ai lu que Voyager.

OF : Et le casting, ça s’est passé comment ?

CD : J’ai un agent à Londres et il m’a contacté pour « Un rôle qui serait parfait pour toi dans cette série », j’étais en tournage sur une autre série dans le sud de la France et donc j’ai envoyé ce qu’on appelle des « self tape », une audition vidéo en fait.  Ce qui est assez extraordinaire et qui n’arrive pas souvent, ils ont validé tout de suite. Normalement ils auraient du me faire venir à Londres pour auditionner à nouveau pour le rôle et en fait ils m’ont validé uniquement sur la vidéo envoyée donc j’ai été très contente. J’ai rencontré l’équipe le jour de la lecture et des essais costumes. C’était très très facile.

OF : C’est la première fois que vous jouez dans une série « historique » ?

CD : J’avais déjà fait plusieurs choses d’époque…. pas le 18e siècle mais 17e, des années 50, dans des films, pas en série, c’est la première fois que je fais 18e siècle à Édimbourg surtout, … forcément c’était un bonheur d’avoir quelque chose d’époque.

OF : Saviez-vous que dans le livres, Mme Jeanne est décrite comme “petite, brune…. avec quelques dents gâtés” ! Vous avez fait une teinture pour le rôle ?

CD : Oui, j’ai découvert ça après ! Dans le casting breakdown, qui décrit les personnages, ce n’est pas du tout comme ça qu’ils la décrivaient, alors qu’elle avait une mauvaise odeur et tous les clichés d’une tenancière de maison close. Donc ça m’a beaucoup faire rire, ce n’était pas du tout comme ça qu’on m’a présenté le personnage. Non, on ne m’a pas fait de dents gâtés, mais par contre on est sous perruque, pour ne pas abîmer les cheveux, parce que c’est quand même beaucoup de travail : il y a deux heures de préparation tous les matins pour tous les acteurs. Je suis contente des perruques.  Je suis très blonde et Mme Jeanne est châtain foncé, certains vont avoir du mal à me reconnaitre dans le rôle.

Les robes étaient géniales, le département costume est absolument formidable, ils ont un stock incroyable de choses réellement d’époque, ils ont recréé des costumes, c’est un grand bonheur  d’essayer ! C’est à ce moment là qu’on crée le personnage. A ce moment là aussi les scénarios ne sont pas définitifs, on ne sait pas vraiment ce qu’on va jouer au final,  on a quand même déjà une idée grâce au bouquin, et grâce au premier scénario, et au moment des costumes, on recrée les personnages, chacun amène sa pierre à l’édifice, moi j’ai amené ce que je voyais de mon personnage, le costume design demandait ce que j’en pensais, et eux apportaient leur propositions….

OF : Pour les costumes, vous étiez accompagnée par qui à ce moment là ?

CD : La responsable du département costume, et tous les assistants qui ont déjà une petite idée en tête par rapport au personnage donc ils proposent une vingtaine de robes, et dans ce stock là, on essaie de trouver ce qui pourrait correspondre aux scènes, au personnage dans différentes situations qu’on va devoir jouer. On regarde notamment les couleurs, les matières, les accessoires, ils font très attention à ça, c’est un show qui est formidable pour ça, déjà juste de mettre le costume ça aide ! Vu que les petits accessoires, des petits pendentifs, des gants, etc, ça apporte quelque chose, on joue différemment de toute façon avec ça. Eux pour ça ils sont géniaux ils ont vraiment une grande force de proposition et surtout ils ont un stock incroyable.

OF : Vous avez dû rencontrer Terry Dresbach qui est responsable de tous les costumes, vous travailliez avec elle ?

CD : Oui on travaille avec Terry notamment pour les essais costumes, je suis allée en Écosse exprès pour ça.

OF : (on s’en doute un peu ;-)) ? Quelle était l’ambiance pendant le tournage ?

CD : C’était génial, pour la simple et bonne raison que premièrement d’être en Écosse, moi j’adore, c’est un bonheur de travailler avec des écossais, je les trouve extrêmement drôles et d’une grande gentillesse. Sur le plateau, c’était un tournage qui était vraiment merveilleux, notamment parce que Sam et Caitriona sont juste des amours. Je me suis très très bien entendu avec eux, puisque j’ai toutes mes scènes avec eux en fait, et ils sont très accessibles, ça a juste été un bonheur, on a beaucoup ri, Caitriona est très très drôle (rires) et non seulement elle est belle, elle est talentueuse, mais en plus est hyper drôle et hyper sympa, ça fait vraiment plaisir de voir des actrices comme ça. Sam, il est pareil, c’est un amour, et les deux ensemble sur un plateau on dirait deux gamins, vu qu’ils ont des horaires de dingue, pendant toute l’année, ça a été très bon enfant, et très professionnel. Notamment des scènes qui étaient un petit peu compliquées à mettre en place, Sam a  été un super partenaire, très bienveillant, et on a eu une période de recherche avec la réalisatrice, avant de tourner, on répète et avec Sam on essayait vraiment de trouver la solution à la scène, on tentait des choses pour voir si ça marchait. Pour moi c’était un grand bonheur, ce qui n’est pas le cas sur tous les tournages, mais celui-ci par contre et en grande partie grâce à la personnalité de Sam et Caitriona. Ils mettent une ambiance très agréable, et pourtant ils sont fatigués et bossent 11 mois par an. Je leur tire mon chapeau aux deux, ils arrivent encore à garder quelque chose de très joyeux et surtout ils ne lâchent pas. C’est-à-dire que même à la 3e saison, ce que j’ai apprécié chez eux c’est qu’ils se questionnent toujours sur chaque scène, pour apporter le meilleur à la scène, pour savoir quel est le propos du personnage, ils n’ont pas cessé en fait d’essayer de faire avancer leur personnage. Ils ne sont pas dans une espèce de fonctionnarisme.

OF : Donc, même quand il fait froid et qu’il pleut, ils sont toujours professionnels !

CD : Moi j’ai tourné qu’en studio.

OF : Donc il n’y a pas dans Édimbourg un lieu où on pourrait dire que c’est chez Madame Jeanne, c’était sur le plateau ?

CD : Moi je n’y étais pas parce que je reste en permanence dans la maison close, ils ont fait tourner des extérieurs à Édimbourg mais je ne pourrai pas vous dire quels sont les lieux car je n’étais pas là sur le tournage. Mais c’est la semaine, après  la fin de mon tournage,  où ils sont partis faire tous les extérieurs. (NDLR : les extérieurs sont Bakehouse Close and Tweeddale court.)

OF : Et combien de jours a duré le tournage pour vous ?

CD : J’ai fait pas mal d’aller-retour mais en tout ça a pris un mois et demi, sachant qu’on ne tournait pas tous les jours, c’est-à-dire que je suis venue pendant un mois et demi en écosse, et certaines fois on tournait trois jours, d’autres, on tournait 4 jours, et d’autres semaines je ne faisais qu’une journée, mais je suis restée avec eux un mois et demi. On faisait des aller-retour, dès qu’on finit de tourner, on rentre en France, et tous les acteurs font ça, enfin, je pense à César Domboy, on se retrouvait quand même souvent dans l’avion.

OF : Vous étiez les deux français ?

CD : Voilà, on était les deux seuls français.

OF : Tout était filmé en anglais ? Avez-vous fait les doublages de votre voix en français ?

CD : Pour le moment, tout est en anglais, je n’ai pas fait le doublage de ma voix en français, pourtant j’étais censée le faire d’ailleurs.

OF : Il ne reste plus beaucoup de temps alors, parce qu’on va vous voir lundi prochain et on a très hâte de vous voir dans le rôle de Madame Jeanne.

CD : Je ne l’ai pas vu, je ne sais pas du tout ce qu’ils ont fait de ce qu’on a tourné. ….toujours la surprise des tournages.

OF : Justement, avez-vous vu la fameuse scène de l’imprimerie que tout le monde attend ?

CD : Non, mais je suis au courant de la scène de l’imprimerie (rires) mais je ne l’ai pas  vu.

OF : Est-ce que vous regardez les épisodes chaque semaine, vous trouvez le temps pour le faire ? Ou comptez-vous les regarder tous d’un coup, plus tard ?

CD : Je comptais faire la saison en entier, pour la simple et bonne raison que pour le moment je suis aux États-Unis depuis un mois et j’étais très occupée donc je ne l’ai toujours pas fait. J’ai une autre série qui sort en même temps, je suis en retard sur les séries dans lesquelles j’ai tourné, je les ai pas encore regardées. Ce que je fais généralement c’est que j’attends que tout sorte, et je regarde d’un coup.  Pour Outlander, j’ai vraiment pris plaisir à voir les 2 premières saisons et j’attends avec impatience de voir ce qu’ils ont fait de la 3e. J’ai beaucoup d’informations, mais je n’ai pas toutes les informations. Ils sont très secrets sur Outlander !

OF : Justement au sujet des secrets, est-ce que c’était volontaire qu’il n’y ait pas eu d’annonce officielle au sujet de votre casting ?

CD : Je pense que c’est lié à certains personnages et le dévoilement de l’intrigue. Je n’ai pas la réponse exacte, mais pour moi, c’était sous contrat de toute façon, je n’avais pas le droit de parler de mon personnage avant que ça sorte.

OF : Comme beaucoup des acteurs sont connus à l’avance, on se demandait pourquoi ce n’était pas votre cas.

CD : C’est quand même l’épisode que tout le monde attend – les retrouvailles ! Je suis liée à un évènement majeur de la saison 3.

OF : Vous jouez le personnage d’une tenancière de maison close, Outlander a déjà abordé le féminisme, c’est un sujet récurrent dans les livres et aussi la série. Par exemple, dans la saison 3, tout le parcours de Claire pour devenir médecin, ou Geneva, la mère de William, qui préfère coucher avec Jamie plutôt que de donner sa virginité à un mari imposé par sa famille… Le personnage que vous incarnez, Mme Jeanne, on pourrait penser qu’elle est tout sauf féministe… elle exploite les filles… qu’en pensez-vous ?

CD : C’est une très bonne question, c’est vraiment quelque chose que j’ai aussi découvert en travaillant le personnage. Je me suis beaucoup basée sur Madame Claude, une mère maquerelle reconnue de Paris, j’ai découvert en fait que ce n’était pas de l’exploitation, mais de la protection. Je me suis vraiment basée là-dessus pour Madame Jeanne. Madame Claude, ce qu’elle faisait, c’est qu’elle éduquait ces filles là. Elle leur apprenait les bonnes manières, elle leur apprenait à se tenir en société, elle les poussait à se cultiver, à s’habiller, à être en bonne société, à être bien en tant que femme, certes, elle faisait le commerce de leurs corps, mais cette mère maquerelle a été pour elles comme une seconde mère en fait, une éducation que la plupart de ces filles là n’avaient pas. C’est comme une espèce de protectionnisme, au lieu de les laisser à l’abandon dans  la rue en pâture à n’importe qui, c’est quelque chose qui est contrôlé, les clients sont contrôlés, elles ont une hygiène parfaite, elles sont éduquées, elles sont encadrées en fait. J’ai trouvé que c’était beaucoup plus féministe et beaucoup plus humain qu’on ne le croyait, j’ai découvert une facette de ce qu’on appelle les tenancières de maison close, beaucoup plus maternelle qu’on ne le pense. J’ai vraiment basé mon personnage là-dessus. Ça m’a ouvert les yeux sur une autre manière d’aborder les femmes et ce commerce là.

OF : Avez-vous des anecdotes à raconter sur le tournage ?

CD : Oh là là, si j’en raconte je vais dévoiler pas mal de choses… franchement je suis tenancière de maison close alors vous imaginez ce qui se passe dedans ! Caitriona, Sam et moi, une des premières scènes qu’on a faites à l’intérieur de la maison close, on s’attendait pas à ce qu’on voit… on va dire, un environnement aussi réaliste ! Même Caitriona et Sam qui sont habitués à faire des scènes un peu « olé olé » étaient assez surpris, et on n’a pas été tout à fait prévenus, donc la surprise nous a fait prendre un gros fou rire et selon l’axe de la caméra, vous verrez le résultat ! Je ne sais pas ce que ça va donner à l’image, je n’ai pratiquement rien vu, voilà c’était une bonne anecdote, qui nous est bien resté, je n’avais jamais vécu ça ! Je vous en dirai plus quand l’épisode sera sorti, on peut se douter de ce qui se passe dans une maison close, n’est-ce pas ? (NDLR : les figurants étaient les acteurs/actrices de Club Noir, un spectacle burlesque à Glasgow)

OF : Parlez-nous un peu de vos autres projets.

CD : Je jouais le rôle d’Anna Delambre dans la série « Zone Blanche » diffusée sur France 2 au mois d’avril/mai, qui a trainé à marcher mais a finalement eu une excellente audience en France, et qui marche apparemment  très bien à l’étranger, ça a été vendu notamment au Danemark où ça a cartonné. Et qui a un parcours formidable en festival, ça a été la première série françaises sélectionnée au festival international de Berlin, et là ça vient d’être sélectionné au Fantastic Fest d’Austin au Texas qui est un très gros festival, et également à un autre festival à Milan au mois de septembre. Donc « Zone Blanche » est une très belle série. Nous sommes dans l’attente de la saison 2.

Pour mes autres projets, au mois de septembre, je jouais dans la dernière saison de la série « Engrenages », qui s’appelle Spiral en anglais, dans le rôle de Maître Camus, nouvelle avocate, c’est une série dont j’étais fan avant, j’étais ravie de faire partie de l’équipe, c’est une co-production BBC et qui cartonne à l’étranger et qui avait reçu l’année dernière 2 Emmy Awards, donc de grande qualité, donc j’étais très heureuse d’avoir « Engrenages » qui sorte en septembre et « Outlander » dans la foulée.

L’autre film, « This is Axiom » que j’ai tourné à Londres au mois de juillet, ne devrait pas tarder à sortir (NDLR : ce film est déjà disponible sur le site web http://thisisaxiommovie.com/), je campe le rôle d’une astronaute, on ne me voit pas dans l’espace, elle s’appelle Mathilde Lévêque, et c’est un très beau projet qui m’a beaucoup touchée avec des partenaires formidables aussi, ce qui n’est pas toujours le cas, mais là j’ai été gâtée par rapport à mes partenaires cette année.

Puis pour les autres projets, il y a des surprises à venir, voilà, dont je ne peux pas parler pour le moment !

 

 

Note : Les photos de cet article proviennent des épisodes 6 et 7 de la saison 3 et sont propriétés de Starz. La photo en Une est une photo de Julian Torres et provient du site officiel de Cyrielle Debreuil (https://www.cyrielledebreuil.com/)
Publicités